Prenez bien soin de votre flore intestinale !

Autrefois on ne s’intéressait à la flore intestinale qu’après un traitement antibiotique, pour la reconstituer en prenant des yaourts ou un remède contenant une levure.

Depuis quelques années, elle est devenue le sujet central de plusieurs livres et son implication dans de nombreuses maladies a été découverte.

Faites mieux connaissance avec votre flore intestinale

Cette flore, encore appelée microbiote, est naturellement présente dans l’intestin, surtout le côlon, elle est constituée de milliards de micro-organismes, bactéries et levures essentiellement, dont le pois atteint 2 kg.

L’équilibre entre les diverses bactéries bénéfiques du microbiote ( il y en a des milliers d’espèces ) assure votre bonne santé et renforce votre immunité, ce qui vous protège des infections virales et de nombreuses maladies.

On a même dit que l’intestin était notre « deuxième cerveau ». Et en effet, des molécules produites par le microbiote peuvent agir sur les 200 millions de neurones de notre intestin et, transportées par le sang, atteindre le cerveau. 80% de la sérotonine, « hormone de la bonne humeur », est produite dans l’intestin.

Quelles sont les maladies où le microbiote est impliqué ?

Les publications scientifiques se multiplient ces dernières années à ce sujet, on déjà découvert d’importants déséquilibres du microbiote dans :

  • le syndrome de « l’intestin irritable »
  • les maladies inflammatoires chroniques intestinales
  • l’ulcère de l’estomac
  • les affections allergiques
  • les rhumatismes inflammatoires
  • les maladies de Parkinson et d’Alzheimer
  • les troubles de l’humeur, le stress
  • le diabète
  • l’obésité
  • peut être certains cancers

Cela ne veut pas dire que toutes ces maladies ont une origine purement intestinale, mais elles sont fortement influencées par l’état du microbiote.

Les causes du déséquilibre du microbiote

Différents facteurs peuvent le perturber :

  • la prise d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens
  • une gastro-entérite
  • l’ingestion d’aliments auxquels vous êtes intolérant
  • les pesticides
  • un apport insuffisant de fibres
  • l’excès de sucre
  • le stress et une hygiène excessive

Pour corriger ce dérèglement, on peut faire appel aux probiotiques et aux prébiotiques.

Les probiotiques

L’organisation mondiale de la santé (OMS) les a définis comme « des bactéries vivantes qui, lorsqu’elles sont consommées régulièrement et en quantité suffisante, exercent un effet potentiellement bénéfique sur la santé ». Font partie des probiotiques des micro-organismes comme les lactobacilles, les bifidobactéries, le Streptococcus thermophilus et certaines levures. Ils favorisent la digestion, limitent l’absorption intestinale de toxiques, mais surtout renforcent les défenses immunitaires intestinales.

Outre ceux naturellement présents dans votre corps, vous pouvez les trouver dans la levure de bière et les aliments fermentés.

Les prébiotiques

Ce sont des fibres contenues dans les aliments, que vous ne digérez pas mais qui permettent aux « bonnes » bactéries du côlon (les probiotiques) de se multiplier, et réduisent la quantité de bactéries nocives.

Ces fibres sont les fructanes, l’inuline ou les fructo-oligosaccharides qu’on trouve dans les fruits (pruneau),les légumes (artichaut, oignon, ail, asperge, chicorée), les céréales, les légumineuses (lentilles, poids chiches, haricots secs), les fruits oléagineux (noix, amandes), les champignons, les graines de psyllium et le son d’avoine.



À la une